Bleu de four

Les grands noms des plus beaux bleu de four de limoges William Guérin, Haviland et Bernardaud

1894

 Manufacture Théodore Haviland

 

 

 

 

2006

 Manufacture Haviland Décor Matignon

 

 

 

 

 

La manufacture Haviland depuis qu’elle n’appartenait plus à la descendance des Haviland a changé de propriétaires ( la Famille Coiffe, le groupe Cerabati, les nouveaux constructeurs, Dominique Decoster, un fond d’investissement et aujourd’hui Mr Prosper Amouyal) six fois en moins de 30 ans. Un bleu de four à l’ancienne cuit à 1400° en couches successives se diffuse sous l’émail.
Émaillage bleu de four : Par trempage dans un bain d’émail coloré.
À noter : Émaillage en bleu de four, toute la pièce est émaillée gras , atténuant tout relief, seul la partie au contact de la plaque de cuisson reste blanche et désémaillée. Cette technique de production très rapide est incomparable avec un bleu de four traditionnel de qualité.


Un bleu profond sublimant la pureté du blanc

1930

 Manufacture de St Brice Michelaud Frères

 

 

 

1996

 Manufacture Bernardaud Vase Cariatides, Van Der Straeten

 

 

 

Van der Straeten, designer français formé à l’école des beaux arts de Paris, se fait connaitre par ses créations de bijoux. Véritable touche à tout, il élabore des meubles comme des décors d’intérieurs. Décor posé par application de couches successives donnant du relief au motif. Le vase Bernardaud est en impression chromolithographique.
Bleu de cobalt : oxyde métallique finement broyé, utilisé soit pour le décor soit dans la composition des glaçures.
À noter : La Qualité et l’épaisseur du bleu de four du vase Bernardaud.


Touches successives de bleu, aux nuances délicatement appliquées

1982

 Manufacture Pouyat
Plaque Président Sadi Carnot

 

 

 

2009

 Patrick Audevard

 

 

 

 

 

Sadi Carnot né à Limoges en 1837, il fut Président de la République de 1887 à 1894, date de son assassinat.
Couleur bleu de four peinte à la main et tamponnée à l’éponge ou au pochon donnant après émaillage un camaïeu de bleu.
Camaïeu : Email de différents tons d’une même couleur.
À noter : En cuisson grand feu, les couleurs entrent en fusion avec la matière, pouvant aussi « cracher » des taches et particules, polluant les pièces avoisinantes à la cuisson.


Un bleu de four doit respecter savoir-faire et tradition

1895

 Manufacture Lanternier

 

 

 

 

2002

 Manufacture Haviland
Tasse Botticelli – Décor François Lesage

 

 

 

 

La Manufacture de Sevres conseilla aux manufactures de Limoges dans les années 1850 de s’initier au bleu de Sevres (ou dit bleu de four). Théodore Haviland développa la technique du feu de four. Bleu de four traditionnel : qualité du pigment (fin et tamisé), soin de la pose (pigment délayé à la térébenthine et à l’essence grasse, posé en couches successives) et cuisson à 1400°.
Essence térébenthine : solvant d’origine végétal.
À noter : Pièce ancienne : pose du bleu de cobalt à la main, par couches successives. Pièce actuelle : pose en chromolithographie de couleur uniforme.

Autres themes en rapport avec Le feu